Soutenir l'action de l'association TÉC via helloasso 10€ 100€ 1000€... Don déductible à 66%
Rechercher dans La fabrique à projets

Sculptez, modelez et jouez en réalité virtuelle

medium-TEC2018.jpg

https://www.oculus.com/medium/

Medium est une expérience immersive en réalité virtuelle qui vous permet de sculpter, modeler, peindre et fabriquer des objets tangibles dans un environnement en réalité virtuelle. Avec Medium, vous pouvez produire d’incroyables œuvres d’art, que vous soyez novice, amateur en herbe ou artiste professionnel. Oculus Medium utilise les manettes Touch, qui restituent à la perfection les mouvements et les gestes pour une expérience naturelle et tactile. Grâce à la puissance de la réalité virtuelle et à la boîte à outils complète de Medium’s, la créativité n’a plus de limite. Consultez notre didacticiel pour découvrir les notions de base avant de vous lancer. Étudiez les différentes formes et utilisez-les pour trouver de solutions créatives. Servez-vous des 300 tampons préfabriqués ou créez les vôtres pour concevoir des structures complexes en quelques minutes. Exportez des mailles haute résolution pour de la modélisation ou de l’impression en 3D.

 


administrateur Publié le : Mercredi 30 mai 2018 @ 11:31:39

Rechercher dans La fabrique à projets

Participer à Wiki Loves Monuments du 1 au 30 septembre 2017

wiki-loves-monuments-TEC2017.jpg

https://wikilovesmonuments.fr

Il existe dans tous les pays de nombreux monuments historiques. L’objectif du projet Wiki Loves Monuments est d’inciter chacun à prendre des photographies de ces monuments et les placer sous licence libre pour permettre au plus grand nombre d’y accéder via Internet. Dans ce cadre, un concours mondial a lieu durant tout le mois de septembre 2017 pour la septième année consécutive. Ce site présente le concours pour la France (sixième année consécutive).

L’édition française du concours est organisée par Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance.

Participer ?

Il vous suffit de retrouver les monuments historiques situés près de chez vous, de les photographier et de mettre en ligne les photos :

Vous habitez ou avez pris des photos dans un autre pays ? Regardez s’il participe

8e édition de Wiki Loves Monuments, le plus grand concours de photos au monde

 

Du 1er au 30 septembre 2017 a lieu la 8e édition du concours photographique Wiki Loves Monuments. Wikimédia France participe à l’organisation de ce concours mondial depuis 2011, afin d’encourager la valorisation des monuments historiques par l’intermédiaire des projets Wikimédia (principalement Wikipédia et Wikimedia Commons).

Valoriser et rendre accessible le patrimoine historique

Il existe dans le monde de nombreux monuments historiques. L’objectif du concours Wiki Loves Monuments est d’inciter chacun à mettre en valeur ce patrimoine, de manière ludique, en prenant des photographies de ces monuments pour ensuite les placer sous licence libre et ainsi permettre au plus grand nombre d’y accéder gratuitement et légalement via Internet.

Un élargissement du périmètre du concours

Pour cette nouvelle édition, les photographes pourront aussi illustrer de « gros » objets sélectionnés dans la base Palissy, base de données sur le patrimoine mobilier français. Ainsi il sera possible de photographier trains, bateaux, et autres merveilles mobilières françaises.

Un concours ouvert à tous

Pour Wikimédia France, ce concours est une manière de sensibiliser les Français à leur propre patrimoine, de créer un lien de proximité avec celui-ci et de faire connaître les projets Wikimédia au grand public. Un site dédié est mis en ligne par l’association pour guider les participants dans la démarche. 10 photographes seront récompensés au niveau national et auront une chance de concourir au niveau international.

Des retombées importantes

Depuis la deuxième édition en 2011, l'édition française de Wiki Loves Monuments aura permis de rassembler 108 967 photos en ligne importées par 3527 personnes différentes. Ces photos permettent de couvrir aujourd'hui 34 055 monuments soit 76 % des monuments historiques français. Chaque année les bénévoles de Wikimédia France et ses partenaires investissent plus de 450 heures de leur temps pour organiser, trier, sélectionner les photos gagnantes et aider à sa bonne organisation.


 

À propos

 

  • Wikimédia France

Wikimédia France, association pour le libre partage de la connaissance, est née en 2004 pour promouvoir et soutenir en France Wikipédia, Wikimédia Commons et l’ensemble des projets hébergés par la Wikimedia Foundation. Wikimédia France n’édite ni n’héberge aucun des projets de la Wikimedia Foundation, mais travaille à leur soutien et à leur meilleure connaissance. Wikimédia France organise le concours Wiki Loves Monuments en France.http://www.wikimedia.fr/

  • Wiki Loves Monuments

Wiki Loves Monuments est un concours international de photographie de monuments historiques. Créé en 2010 pour illustrer les monuments néerlandais, il s’est étendu à 18 pays européens en 2011, année où il est officiellement certifié le plus grand concours photographique au monde.http://www.wikilovesmonuments.org/

  • Wikimedia Commons

Wikimedia Commons est une médiathèque multilingue et libre enrichie bénévolement par des internautes. Chacun peut en réutiliser le contenu, qui est distribué sous licence libre. Wikimedia Commons est l’un des projets hébergés par la Wikimedia Foundation, il a été créé le 7 septembre 2004 et héberge plus de 41 millions de fichiers en août 2017.http://commons.wikimedia.org/wiki/Accueil

ARTICLE 1 - Organisateurs du concours

À l’occasion de l'événement mondial « Wiki Loves Monuments », Wikimédia France - association pour le libre partage de la connaissance, 40 rue de Cléry 75002 Paris, France, organise un concours photographique du 1er au 30 septembre 2017 sur le site Internet Wikimedia Commons -  https://commons.wikimedia.org.

Les photographies téléversées durant cette période par les participants seront présentées, dans le cadre du concours, sur le site internet Wikimedia Commons susmentionné (que ce soit directement ou par le biais d'un site ou outil tiers), qui comportera un lien vers la page du site internet http://www.wikilovesmonuments.fr.

Ce site internet comportera une page dédiée au concours présentant les modalités de participation et comportant un lien vers le site Wikimedia Commons ainsi qu'un lien permettant la mise en ligne des photographies. Une fois les gagnants sélectionnés, les photographies lauréates y seront présentées de façon individualisée, et ce durant une année à compter de la date de remise des prix.

ARTICLE 2 - Thème

Le thème du concours « Wiki Loves Monuments » est un safari photo consacré aux monuments historiques français.

Seuls les immeubles protégés au titre des monuments historiques et reconnus comme tels en application du titre II du livre VI du code du patrimoine sont éligibles pour ce concours.

ARTICLE 3 - Conditions de participation

La participation à ce concours est gratuite. Le concours est ouvert à toute personne physique inscrite sur le site http://commons.wikimedia.org.

Tout participant mineur devra nécessairement avoir requis et obtenu une autorisation parentale avant son inscription au concours. Cette autorisation parentale pourra être exigée par les organisateurs. Il n'y a pas de limite de participation par personne (même nom/pseudonyme, même adresse électronique) pendant toute la durée du concours.

Sont exclus de toute participation au concours tous les salariés de Wikimédia France et les membres de l'association ayant organisé le présent concours, ainsi que les membres du jury et leur famille.

Les organisateurs se réservent le droit de procéder à toute vérification pour l’application du présent article.

ARTICLE 4 – Modalités de participation : prises de vue

Les participants doivent s'assurer que leurs photographies respectent toutes les réglementations, en particulier celles liées à la propriété, au droit à l'image des personnes et au droit d'auteur des architectes.

ARTICLE 5 – Modalités de participation : validation de la participation

Afin que la participation soit validée par les organisateurs, cinq points devront impérativement être respectés par les participants :

  1. Les photographies proposées, prises dans le but d'être utilisées pour un besoin pédagogique, encyclopédique et culturel sont le travail du participant. Les photographes feront leur possible pour respecter les lois et règlements en vigueur.
  2. Les photographies proposées sont sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 4.0 France ou toute licence libre équivalente.
  3. Le photographe téléversera les photographies qu’il souhaite présenter au concours, en ligne, sur Wikimedia Commons avec une dimension minimale 1600 x 1200 entre le 1er septembre 2017 à 0h00 et le 30 septembre 2017 à 23h59 (heure de Paris). soit en passant par le site wikilovesmonuments.fr soit directement sur Wikimedia Commons, dans la catégorie Images from Wiki Loves Monuments 2017 in France. L’auteur essayera, autant que possible, de placer ses photographies dans les catégories appropriées (lieu photographié).
  4. Le monument devra être identifié par son numéro d'inventaire, tel qu'il figure dans la base Mérimée ou dans la base Palissy du ministère de la Culture et sa description devra être aussi complète que possible.
  5. Afin d'être contacté, le participant aura renseigné son adresse de courriel dans ses préférences sur le site Wikimedia Commons. Toute participation incomplète ou erronée entraînera une disqualification du concours, sans que la responsabilité des organisateurs puisse être engagée. La photographie restera néanmoins en ligne.

Toute déclaration mensongère d’un participant entraînera son exclusion du concours sans que la responsabilité des organisateurs puisse être engagée.

ARTICLE 6 – Le jury - critères de sélection des gagnants

Le jury, sélectionnera dix photographies (de dix auteurs-participants différents) qu’il classera par ordre de préférence. Le vote aura lieu en octobre 2017. Les critères de sélection des gagnants sont les suivants : la qualité technique de la prise de vue, l’originalité de la démarche, la valeur descriptive et pédagogique et la valeur artistique.

ARTICLE 7 – Dotations

Les participants sélectionnés ne percevront aucune rémunération au titre de leur participation à ce concours. Au total, le jury sélectionnera 10 images gagnantes qui se verront chacune remettre un prix. Les prix seront annoncés au lancement du concours sur la page Présentation du site wikilovesmonuments.fr http://wikilovesmonuments.fr/presentation/.

Les dix lauréats du Prix Wikimédia France remporteront en outre les dotations suivantes :

  • 1er : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 100 €
  • 2e : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 70 €
  • 3e : un tirage d'art d'une valeur de 36 € + un chèque-cadeau d'une valeur de 50 €
  • 4 au 10e : un chèque-cadeau d'une valeur de 20 €

Les dotations ne sont pas échangeables.

Le gain ne peut donner lieu à aucune contestation d’aucune sorte, ni à la remise de sa contre-valeur en argent ni sous quelque autre forme que ce soit, ni à son remplacement ou échange pour quelque cause que ce soit. Les chèques-cadeaux seront valables en France uniquement.

ARTICLE 8 – Publication des résultats

Les organisateurs informeront les 10 participants ayant gagné le concours en leur envoyant un message personnel via le système d’envoi de mails de Wikimedia Commons. À cette occasion il leur sera demandé de transmettre à Wikimédia France leurs coordonnées postales et leur courriel afin que les dotations puissent leur être envoyées. La liste des gagnants sera publiée sur la page dédiée au concours de chacun des sites des organisateurs, dans les 90 jours suivants la clôture du concours. Les véritables identités des lauréats seront publiées sauf si le participant déclare expressément, lors de sa participation, qu’il souhaite être désigné par son pseudonyme.

Si les informations communiquées par un participant ne permettent pas de l’informer de son gain, il perdra la qualité de gagnant et ne pourra effectuer aucune réclamation.

ARTICLE 9 – Données à caractère personnel

Les données collectées font l’objet d’un traitement informatique uniquement par Wikimedia Commons. Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 modifiée par la loi du 6 août 2004, le participant dispose d’un droit d’accès ainsi que d'un droit de rectification et, le cas échéant, d'opposition sur les données le concernant, à faire valoir à info-fr@wikimedia.org

ARTICLE 10 – Droits

Le participant affirme être l’auteur des photographies qu’il soumet et garantit que les œuvres proposées sont originales, inédites et en adéquation avec le droit d'auteur français, ainsi qu'il est seul détenteur des droits d’exploitation attachés à ces œuvres. À ce titre, le participant fait son affaire des autorisations de tous tiers ayant directement ou indirectement participé à la réalisation des photographies et/ou qui estimerait avoir un droit quelconque à faire valoir à son égard. Il assumera la charge de tous les éventuels paiements en découlant. De façon générale, le participant garantit les organisateurs du présent concours contre tous recours, actions ou réclamations que pourraient former, à un titre quelconque, tous tiers, à l’occasion de l’exercice des autorisations accordées au sein des présentes et plus généralement au titre de toutes les garanties et engagements pris au titre du présent règlement. Il s’engage à dégager les organisateurs de toute responsabilité en cas de réclamations émanant de tiers du fait d'une contrefaçon de copyrights ou de la violation des droits d’exploitation ou de propriété, quelle qu’en soit la nature. En outre, le participant accepte de placer, de manière irrévocable, ses photographies sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 4.0 France ou toute licence libre équivalente acceptée sur le site Wikimedia Commons.

En plaçant ses photographies sur le site Wikimedia Commons, et donc en participant à ce concours, le participant autorise tout un chacun : à partager, reproduire, distribuer et communiquer ses photographies à modifier ses photographies selon les conditions suivantes :

Paternité — Vous devez attribuer la photographie de la manière indiquée par l'auteur de l'œuvre ou le titulaire des droits (mais pas d'une manière qui suggérerait qu'ils vous soutiennent ou approuvent votre utilisation de l'œuvre).

Partage à l'identique — Si vous modifiez, transformez ou adaptez cette œuvre, vous n'avez le droit de distribuer votre création que sous un contrat identique ou similaire à celui-ci.

Les organisateurs et les administrateurs du site Wikimedia Commons se gardent le droit de supprimer des photographies qui seraient inacceptables (atteinte morale à personne, atteinte au droit d’auteur, hors sujet…) et sans avoir à préciser les motivations de cette suppression, en notifiant la suppression sur le site Wikimedia Commons.

ARTICLE 11 – Force majeure

En cas de force majeure ou si les circonstances l’imposent, les organisateurs se réservent le droit de modifier le présent règlement, de reporter ou d’annuler le concours. Leur responsabilité ne saurait être engagée du fait de ces modifications.

ARTICLE 12 – Responsabilité

Il est expressément rappelé qu'Internet n’est pas un réseau sécurisé. Les organisateurs ne sauraient donc être tenus pour responsables de la contamination par d’éventuels virus ou de l’intrusion d’un tiers dans le système du terminal des participants au concours et déclinent toute responsabilité quant aux conséquences de la connexion des participants au réseau via le site http://commons.wikimedia.org. Les organisateurs se dégagent de toute responsabilité en cas de dysfonctionnement de leur réseau Internet, notamment dus à des actes de malveillance externe, qui empêcheraient le bon déroulement du concours. Les organisateurs ne sauraient être tenus pour responsables d’un quelconque dommage causé aux participants, à leurs équipements informatiques et aux données qui y sont stockées, ainsi que des conséquences pouvant en découler sur leur activité personnelle ou professionnelle. En outre, leur responsabilité ne pourra en aucun cas être retenue en cas de problèmes d'acheminement ou de perte de courrier postal ou électronique. Enfin, les organisateurs déclinent toute responsabilité en cas d’incident qui pourrait survenir à l’occasion de l’utilisation ou de la jouissance des gains. Les organisateurs ne sauraient être tenus pour responsables de tout vol et perte intervenus lors de l’envoi des gains. Toute déclaration inexacte ou mensongère, toute fraude entraînera la disqualification du participant. Il ne sera répondu à aucune demande téléphonique ou écrite concernant l’interprétation ou l’application du présent règlement, les mécanismes ou les modalités du concours ainsi que sur la liste des gagnants.

ARTICLE 13 – Règlement

Le fait de participer à ce concours implique l’acceptation pure et simple du présent règlement dans son intégralité y compris, au fur et à mesure de leur intervention, ses avenants éventuels et ses additifs. Toutes les difficultés pratiques d’interprétation ou d’application du présent règlement seront tranchées souverainement par les organisateurs. Le règlement peut être consulté et téléchargé sur le site de Wikimedia Commons et celui consacré à Wiki Loves Monuments en France. Il est également déposé via www.reglement.net à la SCP Bornecque Winandy - Bru Nifosi, huissiers de justice associés, 15 passage du Marquis de la Londe, 78000 Versailles. Une copie du présent règlement sera adressée, à titre gratuit (timbre remboursé au tarif lettre lent en vigueur) à toute personne qui en fera la demande écrite à l’adresse suivante : Wiki Loves Monuments - Wikimédia France, 40 rue de Cléry, 75002 Paris, France

ARTICLE 14 – Litiges

Le présent concours est soumis à la loi française


administrateur Publié le : Mercredi 06 septembre 2017 @ 14:50:03

Rechercher dans La fabrique à projets

7 jours pour fabriquer une carriole solidaire en version Licence Libre

carriole-bibliothèque-TEC201.jpg

https://www.asso-entropie.fr/media/filer_public/9f/d3/9fd36952-44e3-475b-a69e-b5ea32d8cfc6/carriole_solidaire_notice.pdf

L’objet présenté ici est issu d'un travail d'autoproduction accompagnée mené avec l'association « Image solidaire ». C'est une carriole à vélo permettant de transporter du matériel vidéo et faisant office de table une fois dépliée. « Cette association d’éducation citoyenne, travaille sur l’image au sens large : image de soi, image des autres, stigmatisation médiatique, préjugés. Images Solidaires donne à entendre des voix que l’on entend peu ou mal ».
Les membres de cette association désirent développer un nouveau projet de recueil de parole dans l'espace public sur le thème de l'amour. Elles nous ont sollicités pour construire une carriole permettant de transporter leur matériel vidéo tout en éveillant la curiosité des passants sur cet objet atypique. Cette remorque devra aussi servir de table une foie dépliée. Son utilisation dans l'espace public, notamment dans des parcs nécessite qu'elle puisse passer les portillons. De plus sont stockage s'effectuant dans des locaux équipés de porte standard de 770 mm il faudra respecter cette cote pour permettre le passage de la remorque. Pour faciliter le stockage ainsi que le transport en voiture on privilégiera un ensemble modulable pouvant se démonter.
Cette carriole qui fait suite à la carriole de la maison d'édition d'idées et à la carriole à sérigraphier est la troisième réalisé par notre association.

Choix esthétiques

Au cours de nos discussions pour élaborer le cahier des charges deux univers esthétiques ont été retenus : la roulotte et la soucoupe volante. Cela a donné lieu à deux propositions de carriole. Une première en forme de caravane teardrop (cf. photo q ). Les caravanes teardrop sont des petites caravanes comprenant une chambre ainsi qu'une cuisine extérieure (cf. photo w ) elles ont à la fois un côté vintage et un coté futuriste dû à leur forme en goutte d'eau. Pour notre projet nous pensions faire les cotés dans deux essences de bois très contrastées : en contreplaqué de peuplier (très clair) avec des colombage en mélèze (de couleur rouge). Quand au toit il serait recouvert d'une tôle en aluminium.
Une deuxième carriole a été imaginée en s'inspirant de l'esthétique des anciennes roulottes (cf. photo e etr). 
Les côtés sont comme pour la carriole précédente en contreplaqué de peuplier avec des colombages en mélèze et le toit est aussi recouvert d'une tôle en aluminium.L'association image solidaire a décidé de réaliser dans un premier temps la deuxième carriole et d'acquérir la tente. La première carriole sera réalisée par la suite si son besoin se fait ressentir notamment pour transporter du matériel volumineux. 

Choix techniques

Une fois l'esthétique posée de la carriole que nous allions réaliser nous avons cherché à la dimensionner. Pour cela nous avons inventorié tous le matériel vidéo à transporter, nous l'avons coté et avons dessiné l'encombrement général de chaque objet sous la forme de pavé ou de cylindre dans un logiciel de CAO (Conception Assisté par Ordinateur).
Nous avons dimensionné notre châssis pour qu'il puisse passer les portes standard de 770 mm. Connaissant la taille des roues cela nous a donné la largeur maximale de nos caisses de rangement. La hauteur maximale des caisses nous a été donnée par la hauteur du plateau de la dernière caisse de rangement devant de situer à la hauteur d'une table (entre 700 et 800 mm du sol). A partir de toutes ces données nous avons dimensionné le châssis, les caisses ainsi que le toit. Nous avons vérifié que tout l'équipement de vidéo rentrait bien dedans et nous avons fait les ajustements nécessaires sur la taille des caisses.
La carriole et constituée du châssis E, des deux caisses A et B, du toit C ainsi que du timon F.
Le châssis E est fabriqué à partir de tasseaux de section 25x40 mm assemblés entre eux par des grandes vis. On rajoute ensuite à chaque angle des morceaux de contreplaqué collés et vissés de chaque coté pour renforcer  la liaison. Pour renforcer les angles nous avons choisi du contreplaqué de boit exotique plus résistant mécaniquement que le contreplaqué de peuplier.

L'ensemble nous donne un châssis assez résistant le seule point faible mécaniquement est la liaison avec le timon.
Cela est dû au trou de gros diamètre qui doit être percé pour accueillir la pièce F3. Pour consolider cette liaison nous avons rajouté un morceau de tasseau collé (cf. photo y) et la pièce F3 est collée et vissée dans le châssis. Sur le châssis nous avons fixé quatre pieds avec des charnières pour immobiliser la carriole à l'horizontale en fonction table. Lors du déplacement les pieds sont rabattus et maintenus avec des morceaux de chambre à air (cf. photo u).
Les caisses A et B sont réalisées en plaque de contreplaqué de peuplier d'épaisseur 10 mm et des tasseaux de mélèze de section 25x25mm. Ces éléments sont collés et vissés entre eux. Les tasseaux assurent en plus de leur rôle esthétique, un renforcement des liaisons.

La section des tasseaux a été choisie pour pouvoir s'emmancher dans les quatre tubes carrés en aluminium C6 de section 30x30 mm situés sur les quatre montants A4 positionnés aux angles de la caisse A, ce qui permet de surélever le toit. Le choix du contreplaqué de peuplier s'est fait pour des raisons esthétiques, pour augmenter le contraste de couleur avec le mélèze mais aussi pour diminuer le poids de la carriole, le peuplier étant un bois léger.
Notons que pour diminuer le poids nous aurions pu choisir d'utiliser du contreplaqué d'épaisseur 5 mm et des tasseaux de bois de section 20x20 mm. Cependant cela aurait eu pour effet de diminuer la résistance mécanique de l'ensemble, en cas de choc le contreplaqué d'épaisseur 5 mm n'est pas assez résistant. Cependant les tasseaux de section 20x20 mm sont assez résistants sauf pour les pièces A4 qui devraient garder une section de 25x25 mm pour être compatibles avec les tubes en aluminium C6. A voir si pour augmenter la rigidité du toit, il ne faudrait pas utiliser une pièce A4 de section 30x30 mm et une pièce
C6 de section 35x35 mm. L’accès au matériel des caisses se fait par des portes coulissantes D.

Le toit C est constitué d'une structure courbée sur laquelle on vient visser un morceau de contreplaqué flexible. Sur cet ensemble on colle une plaque offset d'imprimerie. Pour maintenir en position haute ou basse le toit on l’immobilisera avec des goupilles (cf. photo i). L'ensemble est vissé et non collé pour permettre un démontage et un ajustement si des problèmes d'assemblage survenaient entre la caisse A et le toit C. Un jeu de 1 mm a été prévu entre les montant A4 et les pièces C2 pour compenser les erreurs d'usinage et d'assemblage. Ce jeu n'a pas été suffisant et nous avons dû rajouter une cale de 1 mm d'épaisseur entre une pièce
C3 et une pièce C2. Cela a eu pour conséquence d'apairer le toit C à la caisse A. En effet, ces deux éléments s'assemblent dans une seule position. Un repère est présent sur ces deux éléments pour faciliter l'assemblage. Le timon F est réalisé en éléments mécano-soudés. La liaison rotule entre le vélo et la carriole est réalisée avec une rotule de direction de voiture. Le timon est solidarisé sur la carriole et sur le vélo à l'aide de goupilles. Cela présente l'avantage de pouvoir décrocher très rapidement la carriole du vélo mais aussi d'enlever intégralement le timon pour pouvoir circuler autour de la carriole sans être gêné.
Le châssis E et la caisse B ainsi que la caisse B et la caisse A sont maintenus entre eux par des fermoirs à cadenas. Les cadenas sont remplacés par des goupilles (cf. photo o) pour éviter que les fermoirs ne s'ouvrent inopinément. Des petites pièces en aluminium sont aussi fixées sur les caisses A et B pour empêcher que les portes coulissantes D ne s'ouvrent lors du transport.

Ouvrage de référence

Cool caravane, La vogue des caravanes retro, Jane Field-Lewis et Chris Haddon, Éditions Hoebeke


administrateur Publié le : Lundi 21 août 2017 @ 11:19:42

Rechercher dans La fabrique à projets

7 jours pour fabriquer un pisteur solaire pour four solaire et autres objets en version Licence Libre

pisteur-solaire-TEC2017.jpg

https://www.asso-entropie.fr/media/filer_public/24/59/24596fa2-19ff-4808-b25a-611e7ecc137f/pisteur_solaire_entropie_juillet2013.pdf

Ce pisteur solaire est un accessoire pour tout four solaire de type « boîte ». Il permet de suivre le soleil automatiquement à chaque instant : cela permet de s’affranchir d’une présence humaine pour orienter le four et d’augmenter ainsi le rendement.
Un système de suivi de cible solaire peut être réalisé avec des composants électroniques (voir bibliographie www.f1lzr.fr/traqueur), mais il serait cependant complexe à réaliser pour une personne qui n’a pas de compétences en électronique. N’en ayant que très peu dans ce domaine, nous avons donc cherché une solution facile à réaliser.

L’objet est robuste et autonome, et est constitué seulement de deux cellules photovoltaïques en silicium amorphe, d'un motoréducteur (attention, le motoréducteur est un objet assez difficile à trouver) et d'un plateau tournant.
Son fonctionnement est assez simple : on fixe à 45° par rapport à l'horizontale deux cellules côte-à-côte sur le plateau et on intercale entre les cellules une planche verticale. On relie le pôle "plus" d'une cellule au pôle "moins" de l'autre cellule et le pôle "moins" de la première cellule au pôle "plus" de l'autre cellule. On connecte enfin ces deux branchements aux bornes de notre motoréducteur qui entraîne le plateau tournant par l'intermédiaire d'une pastille en caoutchouc. Lorsque les deux cellules sont bien en face du soleil, les courants produits s'annulent car chaque cellule produit autant de courant et le moteur reste immobile. Quand le soleil se déplace, la planche verticale située entre les deux cellules fait de l'ombre sur une des cellules. La différence de potentiel entre les deux cellules n'est alors plus nulle et le courant produit fait tourner le moteur jusqu'à ce que les courants s'annulent à nouveau (schéma q et annexe A). Notons que les cellules photovoltaïques jouent le rôle à la fois de capteur et de source d’énergie.
Les matériaux principalement utilisés ici pour fabriquer la partie mécanique sont du contreplaqué de peuplier de 10 mm d’épaisseur, de la quincaillerie qu’on trouve facilement en magasin de bricolage et un disque dur que l’on aura récupéré sur un ordinateur hors d’usage. Celui-ci pourra être remplacé par tout élément tournant permettant de réaliser une liaison pivot : des paliers de tambour de machine à laver, un montage de roulements... Un mécanisme pour plateaux tournants (de type butée à billes) proposé par un revendeur en menuiserie pourra être avantageusement utilisé. Les roulettes latérales pourront devenir inutiles dans ce cas suivant le diamètre du mécanisme, mais nous n’avons pas testé (photo w, et référence en bibliographie).

Ouvrages de référence
• Site proposant d’autres traqueurs électroniques pour panneaux solaires, ainsi que des applications plus complexes pour utilisation individuelle : « Energie Electricité Electronique » : www.f1lzr.fr/traqueur

• Sites distribuant le modèle de motoréducteur utilisé : www.scientificsonline.com réf. 3041327 www.sdp-si.com réf. A3Z16-0010A

• Site distribuant le modèle de butée à billes pour plateau roulant : www.hmdiffusion.com réf. 118507


administrateur Publié le : Lundi 14 août 2017 @ 12:00:54

Rechercher dans La fabrique à projets

7 jours pour fabriquer votre four solaire en version Licence Libre

four-solaire-TEC2017.jpg

https://www.asso-entropie.fr/media/filer_public/2013/11/28/four_solaire_entropie_juillet2013.pdf

Cette notice permet de fabriquer un four solaire pour faire cuire des aliments. 
Ce texte s’adresse à des personnes qui veulent réaliser leur propre four solaire, ou à des personnes qui veulent encadrer un atelier. Si on veut l’adapter à un public d’enfants, il faudra prévoir un bon encadrement car certaines opérations demandent beaucoup de précision.

Historique des fours solaires

Les débuts de la cuisson solaire remontent à plus de 200 ans. A la fin du 19eme siècle, De Saussure, voulant créer une machine mesurant l’intensité du rayonnement solaire, construit de fait le premier cuiseur solaire dont nous avons la trace. L'engouement pour la technique est immédiat.
De nombreux chercheurs mettent au point des modèles variés pour faire cuire oeufs, viandes, légumes et même du pain. Auguste Mouchot, auteur du premier traité consacré à l’énergie solaire "La chaleur solaire" (1869), améliore le cuiseur de De Saussure et, en 1875, il est même envoyé en Algérie expérimenter et diffuser son invention parmi les officiers français. Mais l’idée, jugée non-rentable en ces temps d’énergie fossile abondante, passe à la trappe.
Ce n'est qu'au milieu du 20eme siècle que l’idée de la cuisson solaire refait surface. Elle connaît en effet une nouvelle impulsion marquée par la reprise simultanée des recherches dans plusieurs pays (Chine, Inde, USA, Allemagne...). La crise énergétique de 1973 réveille définitivement les inventeurs. Aux Etats-Unis, Barbara

Introduction

Kerr et Sherry Cole commencent des expérimentations sur le four solaire. Elles fondent en 1986 la "Solar Cookers International", organisation à but non lucratif qui vise à diffuser et perfectionner les techniques de cuisson solaire.
Au début des années 2000, la coopération entre les différents acteurs a permis un début de standardisation des modèles et de rationalisation des techniques, ainsi qu'une diffusion et une production plus large, qui restent néanmoins le fait d'initiatives modestes et locales. Les cuiseurs solaires se répandent à travers tout les continents et l'on estime par exemple que plus d'un million d’unités ont été distribués rien qu'en Chine !

Four solaire pour doigt !

Pour prendre conscience de la puissance de chauffe du soleil vous pouvez réaliser ce petit four solaire qui se place autour d’un doigt. Pointez le soleil muni de ce cône en
papier recouvert de papier d’aluminium et vous sentirez un échauffement.

Conception Comment ça marche ?

Le four est composé d’un caisson isolé et vitré dans lequel on va concentrer le rayonnement solaire. Le double vitrage va laisser passer une grande partie du rayonnement solaire qui est de petite longueur d’onde. Par contre, il va renvoyer à l’intérieur du four une partie du rayonnement infrarouge de grande longueur d’onde émis par les aliments chauds et provoquer un "effet de serre" dans le four. Ainsi, nous aurons une élévation de la température. Ce phénomène utilise la caractéristique de certains matériaux, comme le verre, qui sont transparents au rayonnement solaire et opaques au rayonnement infrarouge.

Choix technologiques, Comment limiter les pertes de chaleur ?

On peut agir sur plusieurs facteurs : 
• La conduction, c'est la propriété d'un matériau à conduire la chaleur. On peut limiter ce phénomène en choisissant un matériau isolant qui va retenir plus longtemps la chaleur à l'intérieur du four. Nous utilisons de la laine de mouton, c'est un bon isolant, léger et qui résiste au température du four (jusqu'à 160°C) selon notre expérience. Le choix du double vitrage permet aussi de limiter les perte par conduction. En effet, la lame d'air immobile entre les deux vitres (le verre est très conducteur) joue le rôle d'un isolant. L'épaisseur de la lame d'air ne doit pas faire plus de 3 cm pour qu'elle reste immobile. Au delà de 3 cm, on risque d'avoir un phénomène de convection naturelle interne au double vitrage.
• La convection est un mode de transfert thermique qui implique un mouvement de la matière à l'intérieur d'un milieu. La fermeture hermétique du four (utilisation de joints) permet de limiter les pertes par convection avec le milieu extérieur. Il subsistera la convection naturelle à l'intérieur du four dû à la différence de température entre les parois en aluminium du four et le double vitrage. Le vent créera une convection forcée qui refroidira le four.
• Le rayonnement est un transfert de chaleur sous forme d'onde électromagnétique. Tout corps émet un rayonnement qui est fonction de sa température. Les aliments à l'intérieur du four émettent un rayonnement infrarouge qu'il va falloir conserver. C'est le rôle du double vitrage, qui crée un effet de serre : les vitres sont transparentes au rayonnement du soleil, par contre elles retiennent 50 % du rayonnement infrarouge produit par l'échauffement des aliments.
L'absorption du rayonnement par un corps dépend de sa couleur. Celui-ci est maximal pour un « corps noir ». Le récipient qui contient les aliments sera donc choisi de couleur foncé pour se rapprocher d'un « corps noir ».

Comment recevoir un maximum de rayonnement ?

Pour recevoir le plus de rayonnement, et ainsi maximiser la puissance de chauffe, il faut présenter la plus grande surface au soleil. Les rayons solaires ont la meilleure efficacité énergétique sur une vitre quand ceux-ci arrivent perpendiculairement à cette dernière (pour diminuer l'effet miroir). Il paraît donc intéressant que la vitre soit toujours orientée perpendiculairement au soleil. Cependant, la diminution effective de cette efficacité a lieu réellement à de grands angles, comme le montre le diagramme cicontre (à partir de 40° environ). La courbe de "transmittance" représente la proportion d'énergie passant à travers la vitre étudiée, en fonction de l'angle incident (0° étant la position où les rayons arrivent perpendiculairement).
Cependant, tant qu'on n'est pas désorienté de 40° cela ne change pas grand chose. Mais c'est oublier qu'on présentera une surface moins grande au soleil : se visualiser la variation de l'ombre portée de la surface collectrice, directement égale à la quantité collectée, si elle est inclinée. 
Ce sont précisément ces deux phénomènes qui plaident pour le fait de rester perpendiculaire au soleil.
Numériquement, cela forme des variations totales de pas plus de 30 % en 40°, en combinant les deux phénomènes (40° de désorientation étant atteints en 2h et demi).
Le choix de l'inclinaison de la vitre se fait en fonction de la hauteur du soleil lors de la cuisson. Elle dépend ellemême des paramètres suivants :
- l'heure dans la journée
- le jour dans l'année
- la latitude du lieu
L'orientation en azimut étant facilement faisable en tournant le four à la main, l'inclinaison du four n'est pas changeable (par construction). Pour avoir une inclinaison idéale, il faut donc établir des compromis et des moyennes entre ces données. L'orientation idéale étant celle où la vitre sera perpendiculaire à la moyenne des positions possibles du soleil.
En France, une inclinaison de 30 degrés de la vitre par rapport à l'horizontale en été représente une bonne moyenne (quand le soleil est haut dans le ciel vers midi) et une inclinaison de 60 degrés est plus adaptée à l'hiver (quand le soleil reste bas dans le ciel même à midi).
Ce four permet d’avoir ces deux inclinaisons possibles suivant comment on le positionne : retourné ou non. Enfin un réflecteur permet de capter une surface de rayonnement plus importante. Si vous voulez l'adapter à votre latitude il faut pour cela utiliser un diagramme solaire.

Ouvrages de référence 

• Rolf Behringer et Michael Götz,« Cuiseurs solaires, Autoconstruction et recettes », Éditions La plage, 2009
http://solarcooking.wikia.com/wiki/Category:Solar_cooker_plans 
Pour la cuisson voir :
• Id Cook et SolarsCookers International, « Manuel de la Cuisson Solaire »
http://www.impi.ch/idees-cook/Manuel_cuisson_solaire_idcook.pdf 


administrateur Publié le : Lundi 07 août 2017 @ 11:32:07

Page suivante
Les Ambitions de T.É.C.
Lettre à Monsieur Emmanuel MACRON
Président de la république

Objet : "Développons des Universités de Technologie dans les villes moyennes !"
Lettre à Madame Françoise NYSSEN
Ministre de la Culture

Objet : "Ouvrir les outils de création au service d’une éducation aux médias en action !"
Lettre à Monsieur Jean Michel BLANQUER
Ministre de l'éducation

Objet : " Une Éducation Technologie au service de l’ENTREPRENDRE !"
Lettre à Pierre LAMARD et Yves LEQUIN
Auteurs, Professeurs des Universités

Objet : Ouverture des droits « La technologie entre à l’université ! »
Lettre à Madame Frédérique VIDAL
Ministre de l'enseignement supérieur

Objet : "Développons des Universités de Technologie dans les villes moyennes !"
Lettre à Monsieur Jean Michel BLANQUER
Ministre de l'éducation

Objet : "Un enseignement de Technologie pour 100% des élèves du lycée !"
Un #RéseauSocialProfessionnel qui nourrit un #BigDataÉducationNationale via un #GFU réunissant dans un réseau unique les écoles, collège et Lycée d'Europe
Objet : " Une Éducation Technologique Innovante, Créative, en mode StartUP !"
Lettre à Monsieur François HOLLANDE
Président de la république

Objet : "Développons des Universités de Technologie dans les villes moyennes !"
Lettre à Madame Najat VALLAUD-BELKACEM
Ministre de l'éducation nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche

Objet : "Une association innovante au service de la refondation et du socle commun !"
Rencontre Michel LUSSAULT
Président du Conseil supérieur des programmes

Objet : " Une éducation Technologie au service de la refondation et du socle commun !"
Les programmes d'enseignement du cycle 2, 3 et 4 sous 7 formats
EN LIGNE : Lire les programmes
EN PDF : Télécharger les programmes
FLIPBOOK :Feuilleter les programmes
E-PUB : Feuilleter les programmes
DOCX : Importer les programmes
ODT : Importer les programmes
RTF : Importer les programmes
Devenir PROFESSEUR(E)